Login/Inscription

News FIA GT1

GT1 - Vidéos M8 Ordos

Écrit par François le .

Poster_Ordos

M8 : CHINE (Ordos)

http://gt1world.com/images/events/trackmaps/ordos.png
Qualifying-race-start-Ordos

 


 

 


 

{jcomments on}

24H Spa : Rattrapage ...

Écrit par François le .

LES VIDEOS




 


 

Analyse d'une course folle !


On a tellement l'habitude de voir Audi remporter des courses d'Endurance qu'on en n'oublierait presque que la marque aux quatre anneaux n'avait jamais décroché le double tour d'horloge spadois. Après un galop d'essais en 2009, Audi a cette année mis les moyens avec le soutien à deux teams et quatre R8 LMS alignées. Malmenées aux dernières 24 Heures du Nürburgring, même si on trouvait trois R8 aux trois premières places de la catégorie GT3, les GT teutonnes n'ont pourtant pas eu la vie facile en Belgique avec une concurrence ardue. Pourtant, Audi a mené 22 des 24 heures. Si sur le papier Audi Sport Team Phoenix pouvait avoir l'avantage des bookmakers, du fait de sa participation aux 24 Heures du Nürburgring, c'est finalement Audi Sport Team WRT qui s'est imposé avec le trio composé de Matthias Ekström, Greg Franchi et Timo Scheider.

 

Il est peu de dire que le Dr Ullrich et ses troupes ont pris cette course très au sérieux, comme le témoigne le titre du communiqué de presse d'après-course : « L'Audi R8 LMS remporte la plus importante course pour les GT ». Des trois pilotes victorieux, seul Timo Scheider connaissait déjà la plus haute marche du podium, du temps de la Maserati MC12. Il récidivait l'année suivante en GT2. Victorieux aux 24 Heures du Nürburgring, double champion du DTM, à quand Timo Scheider au volant d'un prototype Audi ? Même constat pour Mattias Ekström qui compte un solide palmarès. Quant à Greg Franchi, il remporte là sa victoire la plus prestigieuse. Résidant à quelques encablures du circuit de Spa et intégré avec deux top gun du DTM, on ne peut que saluer sa prestation. On n'a pas fini d'entre parler de Greg cette saison puisque le Liégois est en tête de la Blancpain Endurance Series et second du Championnat d'Europe GT3. Discret, abordable, fiable, toujours disponible, Greg ajoute une très belle victoire à son palmarès. On aurait même pu voir les deux autos du Audi Sport Team WRT sur le podium puisque Stéphane Ortelli, Filipe Albuquerque et Bert Longin terminent quatrièmes, à un tour de la troisième place. Parti au-delà de la 40ème place, Stéphane Ortelli a fait étalage de son talent durant son premier relais pour pointer 6ème avant l'heure de course. Malheureusement un drive through puis des soucis de triangle de suspension ont mis à mal la marche en avant de la n°32. Les trois pilotes ont ensuite cravaché pour remonter et rallier l'arrivée à une belle 4ème place. On a bien cru durant le dernier quart d'heure que le Portugais allait manger la Mercedes, juste devant lui au classement, mais il a fallu repasser par le stand pour un splash&dash. Pour sa seconde année d'existence, le Belgian Audi Club Team WRT de Vincent Vosse, Yves Weerts et René Verbist montre qu'il est au niveau des grandes équipes, et le soutien de Audi Sport n'enlève en rien la très belle performance de tout le team belge.

 

En revanche, chez Audi Sport Team Phoenix, c'est un peu la soupe à la grimace. A l'aise au Nürburgring, la classique belge a été totalement différente pour Ernst Moser. La seule des deux R8 à voir le drapeau à damiers est la n°98 de Fässler/Piccini/Rockenfeller, qui ne termine que 14ème, à 35 tours. Pas moins de 45 minutes auront été perdues dans les stands après des soucis de boîte de vitesses. La voiture sœur de Basseng/Stippler/Haase était bien partie pour faire une belle course, la n°99 étant régulièrement en tête, mais au beau milieu de la nuit, Christopher Haase est allé taper sèchement sa monture contre le rail. Course terminée ! Chez United Autosports (Pro-Am), deux des trois R8 ont rallié l'arrivée, la première étant celle de Dean/Brown/Hebert/Johansson, 13ème.

 

Une BMW peut en cacher une autre...

Partie de la pole, la BMW Z4 GT3 du Marc VDS Racing Team de Maxime Martin pouvait laisser espérer un bon résultat, mais le différentiel a fait des siennes avant la nuit. Dommage, mais avec une nouvelle monture, pas facile de bien figurer. Il est prévu que la Z4 soit à nouveau engagée dès Magny-Cours à la fin du mois. Discrète depuis le début des essais, Need for Speed Team Schubert a bien caché son jeu, mais au final, Werner/Hürtgen/Sandström montent sur la seconde marche du podium. Après les 24 Heures de Dubai, la Z4 montre qu'elle est dans le coup. Bien pilotée, performante, fiable tous les ingrédients sont réunis pour que la Z4 engagée par Need for Speed poursuive sa belle carrière. Comme aux Emirats, l'auto a fonctionné à merveille et les pilotes ont fait le boulot.

 

Une prestation en demi-teinte pour Mercedes...

Avec sept Mercedes AMG SLS au départ, il y avait de quoi espérer une place sur le podium. Tour à tour chaque équipe a eu son mot à dire, que ce soit Graff Racing, KRK ou Black Falcon. Pour ses débuts en Endurance, Graff Racing a étonné. Mike Parisy a comme à son habitude jouer les trouble-fêtes, tout comme Olivier Panis et Nicolas Lapierre, les fines gâchettes du team de Jean-Philippe Grand. Pourtant les deux autos n'ont pas vu l'arrivée, toutes deux bouclant quasiment le même nombre de tours. KRK Racing s'est aussi montré sur le devant, mais Kumpen/Wauters/Hezemans n'auront bouclé que 151 tours. Black Falcon s'est pour sa part montré discret durant les premières heures, mais Lémeret/Heyer/Jäger ont connu une course tranquille, malgré un changement précoce de plaquettes de freins (ce qui semble être le mal des SLS). Le team allemand disputait là sa troisième course de 24 heures avec la SLS et cette troisième place est méritée pour l'équipage. Belle prestation également du Preci Spark (Pro-Am) des frères Jones associé à Mike Jordan qui s'est battu dans les dernières pour la victoire de catégorie, avec au final une belle seconde place de catégorie. Durant tout le week-end, les Mercedes ont tout de même accusé un déficit de performance par rapport à la concurrence.

 

Ferrari a fait mieux que se défendre...

Avant le départ on ne savait trop quel crédit donner aux Ferrari F458 Italia GT3, débutantes sur 24 heures. Compte tenu des déclarations des différents pilotes Vita4One et Team SOFREV-ASP à l'issue des essais, il y avait de quoi être sceptique quant à un bon résultat. Le manque de grip des pneumatiques a bien énervé Michael Bartels. En course il en a été autrement avec une belle première heure pour AF Corse. C'est ensuite Vita4One et Team SOFREV-ASP qui ont repris le flambeau dans les positions de tête. On a même vu à un moment quatre Ferrari dans les six premiers. Vita4One semblait parti pour un beau podium avec le quatuor Bartels/Bertolini/Machiels/Hommerson, avant un imbroglio invraisemblable. Dimanche midi, Louis Machiels redémarrait sa monture alors que l'auto était encore sur les vérins. Le Belge écopait alors d'un drive through, mais le pilote continuait en piste avec une radio récalcitrante. L'équipe a eu beau passer le panneau « IN » à son pilote (le panneau réservé à la n°1), Machiels continuait de plus belle, avant que les commissaires ne lui passent un drapeau noir. La F458 passait donc par la case pitlane pour un drive through (et non un stop&go), mais les commissaires ont ensuite décidé d'exclure purement et simplement l'auto de la course pour ne pas avoir respecté la pénalité à temps. Pour être franc, on ne comprend pas trop la sanction, que l'on trouve très disproportionnée. Quand on voit le peu de sanction en Championnat du Monde GT1, on a du mal à comprendre. Bref, Ferrari perd une belle occasion de monter sur le podium des 24 Heures de Spa dès sa première année. Bobbi/Kechele/Petrobelli sauvent la course du team allemand, en terminant 5ème. Une bien maigre consolation pour Michael Bartels qui su montrer son mécontentement et on peut le comprendre.

 

Avec deux autos au départ, l'équipe de Jérôme Policand avait de quoi bien faire, surtout compte tenu de la qualité des équipages. Sans un souci d'échappement puis d'embrayage, Pla/Goueslard/Jousse pouvaient sans conteste rentrer dans le quinté de tête, mais la mécanique en a décidé autrement, après un sans-faute des pilotes. La seconde F458 partagée par Moreau/Beaubelique/Morel/Badey rafle pour sa part la victoire en Pro-Am et de gros points au championnat. Aucun problème majeur à signaler sur la n°20 qui comprenait un équipage homogène. Il ne reste plus qu'à poursuivre en Blancpain Endurance Series, avec espérons-le pour les Gersois un beau résultat dans les deux dernières manches. Le team SOFREV-ASP n'a rien à envier aux grandes équipes avec une présentation à la hauteur.

 

Sans l'exclusion de la Ferrari/Vita4One, on aurait eu quatre F458 dans les dix premiers. Tout le monde semblait perplexe sur la fiabilité des autos avant le départ. Examen de passage réussi pour la F458 Italia GT3...

 

HEXIS AMR bien au rendez-vous...

Sans aucune méchanceté, on peut dire que l'Aston Martin DBRS9 est la grand-mère des GT3, car elle n'a plus grand-chose à voir avec les autos de nouvelle génération. Compliquée à piloter, il a suffit de voir l'état de Yann Clairay à l'issue de l'un de ses relais pour comprendre. En partant dernier suite à des problèmes de freins dans le tour de lancement, Fred Mako a sorti la grosse attaque pour remonter. Fred a une nouvelle fois fait le job, tout comme Henri Moser et Stef Dusseldorp, tous deux irréprochables. Malheureusement, un contact avec un concurrent le dimanche a mis à mal la troisième place qui était promise après 24 heures de course. Deux arrêts prolongés en fin de course ont fait chuter la n°4 au 15ème rang. La seconde auto de Clairay/Rodrigues/Mena est quant à elle rentrée dans le top ten, au 8ème rang. Julien Rodrigues a dû avoir la frayeur de sa vie avec un accélérateur bloqué, mais plus de peur que de mal. Une fois de plus, l'équipe HEXIS AMR a prouvé qu'il fallait compter avec elle, répondant présente. Fred Mako nous soulignait dimanche midi tout le travail effectué par la jeune équipe technique en amont des 24 Heures. Il ne reste plus qu'à souhaiter qu'un constructeur pense enfin au team gardois pour un programme de grande envergure, ce qui serait plus que amplement mérité.

 

Copie à revoir pour Porsche...

Avec cette fameuse règle des 65 minutes maximum avant le ravitaillement, Porsche semblait battu d'avance. C'était sans compter sur ProSpeed Competition, Autorlando Sport ou Haribo Team Manthey. L'équipe de Rudi Penders a brillé lors des essais, mais le début de course a été comme qui dirait chaotique, avec un accrochage entre les deux 997 GT3-R de l'écurie belge. Sougnez a tenté une manœuvre hasardeuse sur la voiture sœur de Goossens. Résultat, un accrochage stupide et un espoir de bon résultat qui s'est vite envolé. Haribo Team Manthey a ensuite pris le dessus, avec un Richard Westbrook égal à lui-même. La mécanique a commencé à donner des faiblesses en fin d'après-midi, avant que la n°888 ne remonte dans le top ten. Une casse moteur le dimanche midi a occasionné l'abandon de l'auto. Pas mieux chez Autorlando Sport, malgré une belle prestation de Paolo Ruberti. Après des soucis de boîte de vitesses, c'est une sortie de piste qui occasionné la fin du trio Ruberti/Giammaria/Roda. Les années précédentes, le toboggan des Ardennes était le terrain de jeu favori des Porsche, mais aucune d'elles n'est allée au bout. La première Porsche est une 911 GT3 Cup S (Level Racing) qui termine 17ème et vainqueur en Gentlemen Trophy avec Brody/Corten/Herkema/Dujardin.

 

Et les autres...

Chez Marc VDS Racing Team, on pensait que la Ford GT de Leclerc/Palttala/Hirschi allait sauver la course de l'équipe belge, mais le trio attendait la pluie, qui n'est guère venue. Le trio termine aux portes du top ten. Dans le clan McLaren, une seule auto à l'arrivée, avec celle des gentlemen. Le constructeur de Woking n'était pas là pour casser la baraque, et il faut laisser du temps à la MP4-12C de progresser, mais le potentiel est bien là. Aucune Lamborghini à l'arrivée, que ce soit chez Reiter, Gulf Team First ou Rhino's Leipert. Peter Kox a eu beau se montrer la première heure, c'est le moteur qui a eu raison de la Gallardo de pointe. Pas mieux pour la seconde Lambo qui s'est retrouvé dans une position bien inconfortable sur le circuit. L'embrayage a eu raison de celle du Gulf Team First. Guy Clairay Racing termine au pied du podium en Gentlemen Trophy avec sa vaillante Dodge Viper Competition Coupe, alors que RMS rafle la mise en catégorie 997. En GT4, Tresson/Buncombe/Ward imposent la Nissan 370Z/RJN, après l'abandon de la Lotus Evora GT4.

 

Au championnat, Greg Franchi compte 64,5 points. Suivent Ortelli/Longin/Albuquerque avec 50 unités. Kechele est à cinq longueurs du trio WRT. Aucun point marqué pour Ruberti/Giammaria/Roda qui restent à 40 points. En Pro-Am Cup, Badey/Beaubelique/Morel prennent les commandes, tandis que Tresson/Buncombe/Ward dominent le GT4.

 

Avec plus de 60 000 personnes recensées, cette 63ème édition des 24 Heures de Spa a été une belle réussite. Le choix de faire rouler les GT3 pour la gagne est payant, même si la moitié des autos n'a pas pu l'arrivée. Peu de grosses sorties mais pas mal de pépins mécaniques. Ah une dernière chose, pas mal de spectateurs avec qui nous avons discuté nous ont demandé pourquoi il n'existait pas de Championnat du Monde GT3, sachant que toutes les marques sont de la partie. Nous avons renvoyé nos rencontres d'un jour vers Stéphane Ratel...

 

Laurent Mercier

 


Les photos

 

010203040506b077W3K76027W3K76087W3K76107W3K762720110731_Blancpain_Spa_000_f088EF20110731_Blancpain_Spa_000_h020BD20110731_Blancpain_Spa_000_j021BD20110731_Blancpain_Spa_000_j026BD20110731_Blancpain_Spa_000_j027BD20110731_Blancpain_Spa_003_h315EF20110731_Blancpain_Spa_004_k331BD20110731_Blancpain_Spa_020_h175EF20110731_Blancpain_Spa_022_i276BD20110731_Blancpain_Spa_025_h191EF20110731_Blancpain_Spa_032_i127EF20110731_Blancpain_Spa_043_h502EF20110731_Blancpain_Spa_051_i463EF20110731_Blancpain_Spa_058_i281EF20110731_Blancpain_Spa_059_f018BD20110731_Blancpain_Spa_085_m042EF20110731_Blancpain_Spa_092_m075EF20110731_Blancpain_Spa_098_h285EF_DSC4400-Edit

 

{jcomments on}


24H Spa : Les indispensables ...

Écrit par François le .

TOTAL_24H_SPA

Le progamme

Thursday July 28th

Free Practice          09:00 - 10:30
Pre Qualifying        14:15 - 15:45
Qualifying 1            19:00 - 19:30
Qualifying 2 (night) 21:00 - 23:30

Saturday July 30th

Warm up               09:05 - 09:35
Race                     16:00 -

Sunday July 31st

Race End @ 16:00

LIVE - BlancPain Endurance Series

Live Timing !

Live timing for the race weekend will be available here

 

Le site officiel Blancpain-Endurance-Series


 

Le Lundi en images...  Par Fabrice Bergenhuizen

Une fois n'est pas coutume, c'est sous le soleil que les concurrents appelés à disputer les 24 Heures de Spa ont commencé à s'installer dans le paddock ardennais. Vu le nombre élevé d'engagés, les différents teams seront bien évidemment répartis à la fois dans la pitlane F1 ainsi que dans la pitlane 24 Heures.


L'armada Audi, représentée par les formations Phoenix Racing et WRT, occupera le haut de la pitlane F1. A ses côtés, nous retrouverons une pléiade d'écuries huppées dont notamment Vita4One, Schubert Motorsport, Prospeed Compétition, Mühlner Motorsport, HEXIS AMR, SOFREV-ASP, United Autosports, CRS ou encore KRK Racing Team Holland.


Comme l'an dernier, le Marc VDS Racing Team a pris ses quartiers tout en bas de la pitlane 24 Heures tandis que le Graff Racing a pris place en haut de celle-ci.


Début des festivités demain matin avec les premières vérifications techniques...

 

{jcomments on}